" Un horizon impitoyable parcourt les dessins et les toiles de Juan Quintanilla. Il donne la mesure et la référence. Il fixe aussi le but, le lieu de convergence, la beauté cosmique du désir, la conjuguaison des forces. C'est pourquoi les montagnes, les volcans, les soleils noirs, les pyramides, toute cette épaisseur venue de l'enfance sont ici sublimés et deviennent des ailes, des sinuosités vacantes, des écrins protécteurs. Le monde dans son entier est ainsi convoqué, saisi, répété. La figure absente se profile dans la ville au lointain. C'est le soir déjà. Monte de la mer une pulsion que le fusain ou la mine ne peuvent contenir. Bientôt tout sera paisible . La ligne de fuite ne sera plus nécessaire. Une crête apparaît, invitant à la danse. L'homme, unique, retrouve sa place et son histoire.
On l'aura compris, Juan Quintanilla est avant tout un poète. C'est pourquoi il nous emmène si loin de nous- mêmes"

Pierre RIBOULET